Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Eau, nature, ressources minérales

Faune invasive

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 10 décembre 2014 (modifié le 21 juillet 2015)

Groupe de travail régional « faune invasive »

Pour permettre aux différents acteurs de terrain d’échanger sur des expériences de gestion d’espèces animales invasives et d’être informés sur la réglementation en vigueur relative aux espèces de faune invasive, le groupe de travail régional, co-piloté par la DREAL et la délégation interrégionale de l’ONCFS, se réunit une fois par an. Il se compose de partenaires institutionnels et techniques. Il a pour objectifs notamment de réaliser une hiérarchisation des espèces invasives de faune afin de coordonner la mise en œuvre d’actions de lutte.

Pour en savoir plus :
Publication : « Les vertébrés exotiques envahissants sur le bassin de la Loire (hors poissons) – Connaissances et expériences de gestion » accessible sur le site internet du Centre de ressources Loire nature dans la rubrique : Dossiers thématiques>Faune invasive
Site internet du GT-IBMA

Les écrevisses américaines
En région Centre-Val de Loire, trois écrevisses américaines invasives sont recensées :

  • l’Écrevisse rouge de Louisiane : Procambarus clarkii ;
  • l’Écrevisse américaine : Orconectes limosus ;
  • l’Écrevisse du Pacifique : Pacifastacus leniusculus.

Elles viennent concurrencer les espèces d’écrevisses autochtones et sont porteuses saines de la « peste des écrevisses ». Elles représentent une menace pour les écosystèmes.
En ce qui concerne la première espèce, « sont soumis à autorisation, […] l’importation sous tous régimes douaniers à l’exclusion du transit de frontière à frontière sans rupture de charge, le transport ainsi que la commercialisation, à l’état vivant, des écrevisses de l’espèce : Procambarus clarkii (Girard) 1852 : Écrevisse rouge de marais ou Écrevisse rouge de Louisiane. » (arrêté ministériel du 21 juillet 1983 relatif à la protection des écrevisses autochtones).
En ce qui concerne les deux autres espèces, Orconectes limosus et Pacifastacus leniusculus, il n’existe pas à l’heure actuelle de réglementation spécifique permettant de réguler ces espèces.

Pour en savoir plus :
Plaquettes de communication DREAL sur les Écrevisses et sur l’Écrevisse américaine

La Grenouille taureau
La Grenouille taureau (Lithobates catesbeianus) est une espèce invasive, originaire d’Amérique du Nord, actuellement présente au cœur de la Sologne des étangs. C’est une espèce qui perturbe fortement les écosystèmes colonisés.
La première découverte de la Grenouille taureau en Sologne remonte à 2002. Aussitôt, des actions de lutte ont été testées. S’en est très vite suivie la mise en œuvre d’un programme d’éradication. Quatre actions principales sont réalisées :
- les tirs nocturnes et diurnes (sur subadultes et adultes) ;
- les collectes de pontes lors de prospections diurnes (sur les pontes) ;
- les pêches et vidanges d’étangs avec ou sans la pose de barrière de piégeage (sur les têtards et juvéniles) ;
- la veille environnementale par les écoutes nocturnes et les prospections de jours (tous les stades biologiques).
Ce programme d’éradication, piloté par le Syndicat d’Entretien du Bassin du Beuvron (SEBB), en partenariat avec le Comité départemental de la Protection de la Nature et de l’Environnement (CDPNE) de Loir-et-Cher et l’Office national de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS) connaît un réel succès. En effet, depuis le début de sa mise en œuvre, on observe une diminution qualitative et quantitative de la population de Grenouille taureau en Sologne.

Pour en savoir plus :
Site internet du SEBB
Site internet du CDPNE